vendredi 1 août 2008

Ma cage d'escalier, ou une introduction aux tags chinois

Pour continuer sur la lancée du précèdent post en vous présentant mon cadre de vie à Dalian, je vais dans ce post vous présenter ma cage d'escalier.

En fait ma cage d'escalier est plutôt austère, les murs n'ayant jamais été repeints. Heureusement que nos amis les tagueurs et colleurs d'autocollants se sont chargé de la décoration!

Premièrement, il faut savoir qu'en Chine, le tagueur ne tag pas par désœuvrement, mais pour gagner sa vie. Ensuite oubliez les tags à la française, ici on est plutôt dans le domaine du graffiti. Je dirais même plus du graffiti publicitaire. Alors qu'a Paris on vous inonde de pub papier sur le paillasson pour trouver un serrurier ou un plombier, ici, on écrit carrément le numéro de téléphone sur le mur à côté de votre porte. Comme ça, le jour ou vous êtes coincé dehors, vous êtes sur de trouver qui appeler. Là ou cela devient marrant c'est qu'il n'y a pas qu'un seul plombier/serrurier qui a pense a cette astuce. Donc, pour être sur que vous choisirez le bon numéro, nos amis les griffonneurs, ne se gênent pas pour rayer le numéro des concurrents, ajouter des flèches vers le leur, voir même changer un chiffre ou deux dans le numéros de téléphone d'un concurrent afin de le faire correspondre au leur...

Enfin il y a les tags plus politique, comme celui qui annonce que le Fea leong dea fea n'est pas illégal( orthographe incorrect pour éviter que mon blog soit censuré trop longtemps, c'est un des mots interdit), alors que c'est un mouvement pas mal réprimé en Chine (ce tag est présent 10 fois à tous les étages....). D'ailleurs leurs membres ont eu l'amabilité de me coller une petite lettre explicative sur la porte plusieurs fois, ainsi que des invitations à des réunions.... C'est une peu les témoins de Jéhovah local.

Au final ma cage d'escalier ressemble à ceci :



En passant vous remarquerez que ma porte est ornée des traditionnels porte bonheur chinois.